vendredi 24 juin 2016

Le bilan de l'aventure KonMari-ou comment j'ai réencombré mon intérieur



Il y a quelques mois je tentais la méthode KonMari visant à désencombrer notre intérieur au moyen des précieux conseils d'une maniaque psychorigide du rangement.

Aujourd'hui, après un rapide tour d'horizon, je suis d'un avis légèrement contrasté. Ce n'est pas un échec, ce n'est pas une réussite, c'est un changement, mais vraiment léger.

La photo qui illustre l'article représente à elle-seule l'échec cuisant du changement par le vide, vous allez comprendre pourquoi.

Petit bilan des bénéfices et faiblesses de la méthode:


Le changement majeur, c'est l'importance que j'accorde aux objets, le rapport que j'ai avec eux. Cette histoire de les prendre, les regarder, se demander si ils nous apportent du bonheur, en fait je pense que c'est la base de tout.
Par exemple, dernièrement, j'ai acheté un nouveau sac à main. Je n'en avais plus un seul, le mien était sombre, j'avais envie de changer. J'ai passé une demie-heure à regarder, comparer, imaginer le sac, ce que je pourrais y mettre si il était à moi...l'achat a été plus que réfléchi, et quand je me suis finalement décidée, je suis sortie du magasin toute contente. J'ai passé la soirée à le regarder, posé dans le salon, je réfléchissais déjà à ce que j'allais porter le lendemain...vous aurez compris, pas d'achat compulsif, pas de regret.

C'est un peu pareil avec tout le reste, comme cette étagère de salle de bain que j'ai vu un dimanche, sur laquelle je me suis précipitée dès le lendemain en espérant qu'elle soit toujours là, parce que là aussi, j'imaginais le meuble, la manière dont je pourrais l'utiliser, la démarche était différente.

Pour ma garde robe, j'ai abandonné le pliage à la verticale. Retour aux bonnes vieilles piles de vêtements. pas de regret.

On va dire que pour tout achat ou tout objet qui rentre dans la maison, le choix est réfléchi, ça c'est déjà pas mal. Bon, après je n'ai jamais été une acheteuse compulsive, je n'avais pas beaucoup de chemin à parcourir.
Là ou, désolée Marie, la méthode a foiré (et dans les grandes largeurs!) c'est qu'on a ré encombré! (enfin, j'ai ré encombré, Monsieur G n'y est pour rien dans l'histoire).

L'atelier en particulier, ma table de nuit, la cuisine, les étagères...bibelots, objets divers, je garde tout, je récupère, le moindre bocal ou boite que je peux réutiliser pour stocker de la nourriture, les jolis papiers d'emballages...bref, là on peut parler de compulsion.
Et vous savez quoi, je suis heureuse!
Je suis entourée d'objets que j'aime, je me dis que c'est le but recherché, non? Dans un sens, la méthode a au moins un peu marché.
Quand je rentre le soir du travail, que j'entasse mes chaussures dans l'entrée, que j'ai laissé plein de choses sur la table basse, que j'ai cuisiné et laissé quarante bocaux à refroidir un peu partout, notre maison ne me parait pas moins accueillante.
Elle n'a pas un mur de la même couleur, les portes ont toujours une peinture aussi immonde, mais c'est notre chez-nous, et franchement, je ne me sens pas plus libérée avec la moitié des choses en moins. Au contraire.

Je ne regrette pas d'avoir voulu tester, et je me dis surtout que grâce à cette méthode, j'ai pu voir réellement ce qui me correspondait (=le bazar!).

En conclusion, je pense que pour chacun c'est quelque chose à essayer, qui sait, peut-être qu'en vous lançant vous en découvrirez un peu plus sur vous-même, mais aujourd'hui, encore désolée, Marie, mais la "magie" n'a pas opéré.

5 commentaires:

  1. C'est chouette que ça t'ait permis d'en apprendre plus sur toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr, dans un sens la méthode a marché-mais pas de la manière dont l'auteur l'attendait! (j'imagine une visite de Marie Kondo dans notre appart...aïe!)

      Supprimer
  2. Pour ma part j'essaye de faire le vode en vendant ce qui ne me sert plu le problème c'est que ça ne part pas du jour au lendemain , et il faut sortir pour prendre en photos,...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, c'est une des raisons pour lesquelles je n'ai rien vendu, je crois que j'avais vraiment besoin de ne plus rien avoir.
      Mais je pense qu'avec beaucoup de patience et en prenant de jolies photos on peut arriver à bien s'en sortir!

      Supprimer
  3. Hello

    Je suis d'accord, je suis en train de tester la méthode et en effet il y a des conseils un peu trop "radicaux" pour moi (tout jeter par exemple... ) En revanche, ça a vraiment été un électrochoc pour moi dans ma manière de consommer. Comme tu l'explique bien , à présent je réfléchi plus avant d'acheter quelque chose par peur "d'encombrer" et du coup, moins de regrets :)

    Merci pour ton partage d'expérience en tout cas, j'adore lire ce que chacun/e à pensé de cette méthode

    RépondreSupprimer