dimanche 27 septembre 2015

The Way: La Route Ensemble



Tom Avery est un ophtalmologiste américain, qui mène une vie paisible. Sa vie bascule lorsqu'il reçoit un appel de la gendarmerie de Saint-Jean-Pied-De-Port l'informant du décès de son fils Daniel, dans les Pyrénées, lors de la première étape du pèlerinage de Saint Jacques de Compostelle. 

Arrivé en France pour ramener le corps de son fils, il décide en fin de compte d'amener ses cendres jusqu'à Santiago, malgré son inexpérience et son manque d'entrainement.


L'essentiel donc se passe sur le chemin entre les Pyrénées et la Galice, ou le personnage de Tom, père en deuil solitaire va se lier en cours de route avec des personnages drôles et compliqués, parfois un peu trop caricaturaux (comme Joost le Hollandais, par exemple).

Le voyage est rythmé par les rencontres tantôt étranges (des aubergistes loufoques) tantôt émouvantes, avec parfois quelques incohérences et quelques longueurs, et avec tout au long du chemin les apparitions de Daniel, le fils perdu (interprété par le fils de l'acteur), jusqu'à la destination finale.

Les critiques ne sont guère élogieuses, (je me pose la question de savoir si leurs rédacteurs n'attendent pas avec impatience dans leur canapé ce soir le début de Fast and Furious 6), mais pour ma part j'ai rarement été aussi émue devant un film, je n'ai pas honte de dire que j'ai eu les larmes aux yeux pratiquement du début jusqu'à la fin.

Malgré sa sortie assez confidentielle et tardive en France, je pense qu'il mérite qu'on prenne le temps de le voir, et je recommande à tous ceux qui auraient cette occasion de lui laisser une chance, parce que je pense que je ne suis pas la seule à avoir été remuée par cette belle aventure.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire